• Sign. d'abus. III - Analyse

    Des Signalements d'abus... Comme s'il en pleuvait ! - 3ème Volet : Analyse

    Si l'on regarde d'un peu près les articles qui ont fait l'objet d'un signalement d'abus, on s'aperçoit que :

    1°) Tous les articles que j’ai publiés ont fait l’objet d’au moins un signalement d’abus… même ceux qui ne sont pas de moi, que je me suis contentée de reproduire sur mes blogs et sites pour apporter une information spécifique aux visiteurs.  C’est, typiquement, le cas de l’article intitulé « Expertise judiciaire – Mission droit commun 2006 » qui a fait l’objet d’un signalement d’abus le 25 septembre 2009 à 06h49:12 GMT, soit moins de 24h après sa première publication sur victimesdefautesmedicales.e-monsite.com.

    2°) Certains articles ont été publiés sur différents blogs ou sites sans qu’un « signaleur d’abus » y trouve à redire ou les signale comme abusifs. Pour une raison totalement mystérieuse, dès que ces mêmes articles  apparaissent sur un autre/nouveau blog ou site, ils font l’objet d’un signalement d’abus, toute affaire cessante – alors qu’ils n’ont subi aucune modification par rapport à leur état antérieur, lorsqu’ils ne faisaient l’objet d’aucun signalement d’abus. C’est, notamment, le cas de l’article que je publie sur toutes mes pages d’accueil et que j’intitule parfois « Présentation du blog ». Il n’avait fait l’objet d’aucun signalement d’abus sur vdfm.e-monsite, vueetdailleurs.e-monsite, vdfm.over-blog, etc. Je l’ai ajouté sur http://club.doctissimo.fr/azureine le 16 décembre 2009 ; le lendemain, soit le 17 décembre, il faisait l’objet d’un signalement d’abus !

    3°) Les articles dont je suis l’auteur sont tous, sans exception, des textes informatifs, des comptes-rendus d’événements qui se sont effectivement produits, ou de textes qui ont été effectivement écrits par les médecins dont je parle dans mes billets, les Drs CHAINE, TAZARTES, KRASTINOVA, BAUJAT et LAROCHE, et que je cite toujours très scrupuleusement, parfois aux fautes de frappe, d’orthographe, de grammaire ou de ponctuation près.

    En d’autres termes, les signalements d’abus qui visent mes articles, ne s’expliquent nullement par des erreurs que j’aurais commises sur les faits, les noms des personnes, les lieux, ou tout autre départ par rapport à la réalité, puisque tout est scrupuleusement vrai, avéré, vérifiable et vérifié. 

    Si, donc, malgré leur totale véracité, ils font l’objet d’une telle campagne de signalements d’abus, c’est qu’ils déplaisent aux « signaleurs d’abus » (dont je présume qu’il s’agit des Drs CHAINE, LAROCHE, TAZARTES, KRASTINOVA et BAUJAT), non pas parce qu’ils déformeraient leurs actes, paroles ou écrits, mais, précisément, parce qu’ils en rendent compte. En clair, ces médecins ont fait, dit ou écrit, exactement ce que je dis qu’ils ont fait, dit ou écrit, mais il ne faut surtout pas le dire. C’est tabou.

    D’où ces signalements d’abus tous azimuts, qui ne visent pas un contenu particulier, mais mes blogs et sites eux-mêmes, le but des « signaleurs d’abus » étant de m’ôter la possibilité de m’exprimer, à leur sujet, sur le net, et, au delà de cela, d’empêcher qui que ce soit de révéler au jour ce qu’ils sont capables de faire, lorsqu’ils sont assurés de pouvoir agir loin des regards et en toute impunité.

    Incidemment, c’est, déjà, ce que le Pr Gilles CHAINE écrivait à Overblog en conclusion de son mail du 3 juillet 2009 : « Je vous remercie de bien vouloir supprimer toute mention au Docteur Chaine et au Professeur Chaine. » (Voir page intitulée : « Le Pr CHAINE se manifeste auprès d’Overblog et fait suspendre mon premier blog http://azureine.over-blog.com)

    Il se trouve, cependant, que les Drs CHAINE, TAZARTES, LAROCHE, KRASTINOVA ou BAUJAT, n’ont pas le pouvoir de choisir de ne pas assumer les actes qu’ils ont commis et de me commander de me taire.

    Il fallait y penser avant !

    Ils ont tiré le vin ; il ne leur reste plus qu’à boire la coupe jusqu’à la lie !

    Sauf à reconnaître, enfin, leurs manquements à mon égard, dans leur mission de chirurgiens et d’experts judiciaires.

    Il est de la liberté, du devoir, même, de chaque citoyen, de dénoncer les actes malhonnêtes, contraires à la loi, dont certaines personnes se sont rendues coupables.

    Et pas d’amalgame en la matière : il ne s’agit ni de diffamation, ni de dénigrement, ni d’atteinte à l’image publique – toutes choses qui ne sont pas admises sur le net et auxquelles il ne m’intéresse pas de me livrer.

    Les médecins dont je parle dans mes billets font semblant de ne pas comprendre que décrire quelqu’un sous ses vrais traits, ce n’est pas porter atteinte à son image. Au contraire, c’est le décrire conformément à son image. C’est détromper ceux qui ne le connaissent pas sous son vrai jour et le parent de qualités qu’il ne possède pas. En l’occurrence, c’est mettre en garde de potentielles futures victimes de fautes médicales et/ou d’expertises judiciaires bidon.

    L’image, flatteuse, à laquelle ces médecins voudraient nous faire croire que je porte atteinte celle de chirurgiens et d’experts judiciaires scrupuleux et intègres en toute circonstance, compétents, ayant à cœur de ne pas abandonner la victime à son triste sort après l'avoir abîmée au-delà du réparable mais de reconnaître et d'assumer toutes les fautes commises à sont endroit et de réparer tous les dommages qu’elle a subis, etc. est une image usurpée, à laquelle ils ne peuvent prétendre, de toute façon.

    Ils auront beau tourner et retourner la chose dans tous les sens, se taper la tête contre les murs ou passer le restant de leurs jours à envoyer des signalements d’abus sur mes blogs et sites, il n’en restera pas moins vrai que :

    - Les Drs TAZARTES et KRASTINOVA m’ont menti sur les risques des opérations qu’ils m’ont fait subir ; ils m’ont sciemment trompée ; ils ont délibérément abusé de ma confiance. Mme KRASTINOVA m’a, en outre, fournie comme chair d’exercice à son jeune interne, le Dr BAUJAT.  Les Drs TAZARTES et KRASTINOVA sont entièrement responsables de ma lourde invalidité et de la perte graduelle, inéluctable, de ma vue, si rien n’est fait ;

    - Le Dr BAUJAT a commis l’équivalent d’un viol en me faisant endormir et en m’opérant à mon corps défendant. Il est entièrement responsable de mon état.

    -  Les Drs LAROCHE et CHAINE, qui ont dirigé les deux expertises médicales judiciaires, qui n’avaient d’expertise ou de judiciaire que le nom ou l’adjectif, ont menti et triché pour couvrir leurs confrères chirurgiens et les soustraire à la responsabilité de leurs fautes. Ce faisant, ils sont entièrement responsables de la non-reconnaissance des fautes commises par ces chirurgiens, de la non-indemnisation des préjudices subis, de la non-réparation des dommages visuels subis et de leur aggravation inéluctable.

    Concernant les hébergeurs de blogs et de sites, il n’est pas besoin de réfléchir longtemps pour se rendre compte qu’il n’est absolument pas normal que mes blogs et sites

    http://azureine.over-blog.com

    et http://victimes-de-fautes-medicales.over-blog.com, d’une part ;

    http://victimesdefautesmedicales.e-monsite.com

    et  http://vueetdailleurs.e-monsite.com, d’autre part,

    aient été suspendus ou désactivés (le 05/08/1999, c’est à dire il y a plus de 6 mois, pour le premier ; le 18/01/2010 pour les deux derniers) par les équipes respectives d’Overblog et d’E-monsite.

    Impressionnés par les hauts-cris des chirurgiens et experts judiciaires mentionnés ci-dessus, Overblog et E-monsite en ont perdu la faculté de raisonner juste : ils ont complètement oublié que c’est moi la victime, et non pas les Drs TAZARTES, KRASTINOVA, BAUJAT, LAROCHE ou CHAINE. Que c’est à eux, et à eux seuls, que je dois mon état.  

    Le nombre ne crée pas le droit. Et la notoriété, pas davantage que le nombre.

    A crier tous ensemble (si tant est qu’ils crient tous ensemble), ces médecins ont, simplement, tort, tous ensemble, rien de plus. Je dirais même que chaque nouveau signalement d’abus, chaque nouveau haut-cri, chaque nouvelle fausse dénégation aggrave leur cas.

    La seule bonne façon de répondre à ce genre de « signaleurs d’abus », c’est de ne pas leur prêter attention. Ils finiront bien par se fatiguer. Et quand bien même ils ne se fatigueraient pas, qu’est-ce que cela peut faire ? Personnellement, ils ne me dérangent pas du tout. Au contraire, leurs signalements d’abus sont autant d’hommages rendus à l’efficacité de mes articles et à l’intérêt qu’ils suscitent.

    Azureine, victime de fautes médicales et d’expertises judiciaires bidon

    « Messages aux VisiteursLe Dr TAZARTES fait pression sur Blogvie... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :